PROJECTION LIFE
::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

miroir

Le fait que je me doute bien que plus l'explication est relevée = plus la démonstration use d'un élément banal provient de l'époque où je cogitais sur l'âme. Et c'est encore le cas et l'usage de la tétravalence est le même et l'ensemble se renforce l'un l'autre !

Dans l'ordre :
Il y a longtemps en voyant un humain aimé tomber dans les pommes j'ai soudainement été apeuré.
En décortiquant cela j'en ai conclus que l'absence de l'âme révélait sa précédente présence. Les traits du visage étaient presque plus reconnaissables, il n'y avait qu'une enveloppe charnelle.
(je l'ai déplacé et rafraîchit)

Puis là voila que devant une glace je me dis : je me vois de l'extérieur et de l'intérieur en même temps, c'est marrant ; je ressens les muscles de mes grimaces et en même temps je suis en train de regarder ces grimaces, ce qui constitue une activité à part entière.
On suppose que c'est une alternance qui fait valser la "conscience" (au sens de l'attention portée à l'activité, donnant l'ordre de / et ressentant l'information du mouvement, Puis voyant cette image et tout à la fois y pensant avec le cerveau qui est susceptible de mémoriser les positions - tout comme la conscience du mouvement).

On peut dire aussi que les ordres d'envoi et reception des "attentions portées"sont eux aussi chevauchés, si bien que quatre activités peuvent s'articuler de cette manière : commande du mouvement + sensation du mouvement + observation du mouvement + évoquation du mouvement.
Commande+sentation+observation+évoquation pourraient aussi être successifs dans des ordres différents.

Je ne crois pas vraiment à la consécutivité des actions sus-citées, d'autant plus que la commande et l'observation seront plus traités par le subconscient, tandis que sensation et l'évoquation son "plus" traités par une partie éclairée du cerveau nommée conscience aussi, dans le cortex frontal.
(tiens maintenant citer cette partie du cerveau sert à expliquer la teneur de ce qu'il traite... c'est un processus intellectif qu'on peut formuler vers l'extérieur, extérioriser, à l'inverse du subconscient qui intériorise vers l'oubli, notament en amenant l'action à execution.

A ce niveau on peut se dire que cette fin de processus va requérir que l'Observation soit successive, en alternance au fait que, sinon, l'activité subconsciente n'est pas complètement réalisée.
Mieux que la Sensation et l'Evocation, l'Observation va s'assurer que le mouvement a eu lieu.

On peut remonter un niveau antérieur, lorsque les premiers mouvements étaient expérimentaux, aucune organisation ne prévalait la consécutivité des 4 activités. A ce moment là c'est par accident que l'Observation atteste de la réalité du mouvement, c'est donc le chemin inverse qui est fait, puis ça "rebondit" mais cette fois en provoquant un mouvement volontaire.

Les fois d'après un meilleur controle des mouvements sera ordonné, quelque chose de plus "nominatif", des ordres de plus en plus précis.

On peut se dire que "de la" conscience s'est rajoutée à cette expérience, aussi que peu à peu l'ordre des 4 séquances tend à trouver une organisation.

Mais ce n'est pas fini car elle n'est pas figée, car en 4ième l'évocation va être de plus en plus formatée, elle aussi exprimable et précise.
(les images mentales présentes dans le cerveau à ce moment-là ainsi que son humeur, conditionnent partiellement - prioritairement au début, puis de moins en moins - ces évocations.)
(mais dans le cadre d'un premier contact visuel avec un miroir, les évocations ne seront pas des stimulis pour des réflexions personnelles en cours et non résolues.)

Ce qui a lieu à nouveau, lors de l'activation de l'évocation par l'observation consécutive à la sensation, c'est que l'évocation peut s'appliquer à la sensation, mais pour ça il faudrait que ça refasse le chemin inverse, c'est à dire que l'évocation soit produite par la sensation, correspondante à l'image qui est observée.
Ceci suscite (jusqu'à) la mémorisation du mouvement par la position des muscles, et non plus par son "alias", à savoir l'expression nomitative et (donc) exprimable de la grimace.

Tout autant, intervient alors une tierce voie à la "prise de conscience" que constitue cette oscillation.
C'est sûrement ce en quoi elle n'est pas satisfaisante et que les combinaisons d'alternances ne se formatent pas encore complètement.

C'est à dire que l'évocation peut être commandée "artistiquement" c'est à dire en tanant compte globalement et sans priorité précise des évocations liées, des souvenirs, des étirements musculaires ou de ce que la suite de grimace aura comme intérêt.
"Tout ça à la fois" pourra donner naissance à une idée, mais cette idée ira se perdre dans l'oscillation déjà apprise.

C'est pour cette raison que la tierce voie pour "prendre conscience" de ce que signifie 'tout ceci", ce que ça implique, comment ça s'explique, et la profondeur de ce qui est en train de se produire, plutôt que le processus de l'oscillation, pourra tout aussi bien être le retournement.

Sans bouger un seul muscle, l'évocation peut se retourner à l'évocation de l'observation puis vers l'évocation de la position. En un sens il s'agit encore d'une oscillation, mais devenue "plus mentale".

Dans cette circonstance, je veux bien admettre que l'oscillation est une activité de "une après l'autre", cependant ce ne doit pas être aussi "propre" que ça si on "voit" que l'ensemble de l'activité "se regarder dans un miroir" a été guidée par une information qui cette activité construisait.
C'est à dire qu'à toutes les étapes les "expériences" qui ne menaient pas à la poursuite de l'Expérience n'ont pas eu à être retenues, en raison de ce qu'elles révélaient.
Un peu comme avec le calcul de Phi l'oscillation s'affine de plus en plus vers une valeur médium, dont l'évocation est le socle biboplaire, la sensation et l'observation sont des intermédiaires plus lointains et plus vastes, tandis que "l'odre initial" existe de plus en plus assurément.
A la fois son activation est mystérieuse et oubliée, et à la fois elle est de plus en plus consciente, car elle se mute.
C'est à dire qu'au niveau de "la raison", a lieu la même oscillation (retournement) entre la raison de faire l'expérience et la raison de son intérêt.

C'est là que je m'interroge l'ultime étape supérieure à ce qui construit le processus psychique de construction et en fait d'apparition de la conscience.

Mais bon f'aut pas rester trop longtemps