PROJECTION RELATIVISTE
::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

Dans son fonctionnement intime, la tetravalence est une mécanique.

Cette mécanique n'est pas temporelle. Elle se déroule, et pour se dérouler, doit se réaliser.
Elle puise dans la réalité, sans distinction de temps, une des informations nécessaires a son propre deroulement.

La toute premiere information necessaire fut, sans doute, le but.

La derniere information necessaire sera, a coup sur, la plus infime de toutes.

Ainsi il n'est pas nécessaire a la nature de suivre la chronologie. Cette derniere n'étant qu'une variable de sa Logique, elle s'applique en tant que caractere liant une activité. (A l'interieur d'elle meme, elle peut penser les choses en fonction du temps ou non)

visionner

Dans mon esprit, est un curseur qui se ballade du début vers la fin de cette spirale infinie.

Ce curseur, peut etre interpreté comme une conscience, un bolide informatif qui trouve son chemin, et dans notre graphique, il n'est que le voyage poursuivit par la simple consécutivité.

Dans la dimension temps, il apparaitrait de maniere aleatoire a droite et a gauche, en induisant des modification d'ordre atomique, electromagnetiques, (...) soniques, etc..., c'est à dire pour modeler le réel, qui se conforme au message en cours de reception.

Ce voyage du curseur sur la spirale est très instructif,
si on determine l'angle, et la dimension.

Lorsqu'une résolution a lieu, la logique puise dans le réél (qui a emergé à ce stade) de façon ordonnée les informations dont elle a besoin.

Au cours d'une simple spirale, (spi) se répetent les memes angles à toutes les dimensions.

LA LECTURE DE CECI

La plus petite boucle, est celle qui synthétise la nature. Il n'en ressort que 3 informations, qui sont les 4 variables de la tétravalence (car la 4ieme valeur se situe a l'exterieur du cadre, définie en une des multiples syntheses possibles des 3 premieres).

A la dimension supérieure, nous avons considéré une infinité de boucles premieres associées ensemble, dont le déploiement produit des effets qui sont familiers avec la nature.

La meme en plus clair : a la dimension premiere, sont de multiples combinaisons et possibilités (3X3=9). Un certain nomre d'entre elles s'annulent. D'autres sont pertinentes.
Lorsqu'une transcendance est permise entre 3 valeurs, alors se crée la 4ieme, qui agit sur les trois valeurs comme un décodage agit sur un langage inconnu.

On repere les 3 Familles d'effets avec les angles.

Sur 3 tiers, nous savons distinguer 3 domaines opposables que sont la Nature, le Déroulement, et l'Idée. Lorsque dans chacun de ces 3 domaines est défini un axe precis, l'association (tetravalente) de ces axes détermine le chemin parcouru par la Logique pour aboutir a la dimension ulterieure.

La deuxieme dimension, dépend donc de ce qui a été déterminé a la premiere. Systematiquement, en reportant ces angles, on déduit ou reporte les significations.

Ce qui a émergé de la dimension précédente, je le nomme EE. Cette EE (energie existentielle) se déploie en une multitude de facettes mais toujours dans les traces de sa nature.
A chaque dimension, le nombre de possibilités de combinaisons entre les entités, s'accroit tri-exponentiellement.

En effet, ceci s'explique par le fait que A chaque dimension, n'est décrit qu'une seule des possibilités admises a la dimension d'avant.

A la deuxieme dimension, puis aux suivantes, on abordera des Emergences (question-reponse) et donc des domaines de plus en plus infimes et complexes a decrire.
En somme la spirale grandit car le nombre d'informations utilisées, déviées du modele inférieur, est croissant.

Le curseur n'arrive dans ces spheres qu'à la fin de son processus, mais dans le temps, ces spheres apparaissent à n'importe quel moment, et d'une maniere très puissante car elles impliquent une enorme quantité d'information. (voir effet frontiere)

Mais dans les grandes lignes, l'accomplissement d'un Tour, suivra toujours la meme mécanique (nature), et passera toujours par les memes angles.

Selon les dimensions Cadrées, cela peut signifier que nous vivons dans une pédiode de l'univers qui est un angle de cette spirale, cela peut signifier la longueur d'une vie humaine est rapportable a 360° d'une spirale, on peut aussi penser a la structure décadimensionnelle de notre univers.

A chacune de ces dimensions, se répete et s'approfondit la nature de la nature.


-

 

 

::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

D'un point de vue pratique,

la roue de la chromie, les octaves des ondes sonores, le cycle de la vie sont superposables au moyen de la logique tétravalente et de la "superspirale"

de dav